samedi 21 novembre 2015

Lettre à mes amis français, victimes de leurs médias


Avertissement : cet article fait suite au reportage "Attentats de Paris. Panique au Belgistan" diffusé sur France 2 et pouvant être visionné en cliquant ici


Chers amis français,


Je vous ai déjà exprimé ma compassion. J'aimerais à présent vous dire que je suis en colère contre vos médias qui vous infligent de nombreux reportages choc sur le cas Molenbeek et qui en profitent pour jeter l'opprobre sur la population de Belgique. Celle-ci vit en effet dans la même peur du terrorisme que vous. Elle vous a aussi témoigné tout son soutien. Contrairement à ce que Envoyé Spécial vous montre par exemple, la population de Belgique ne peut se résumer à des gens qui aiment vivre tranquillement au point de fermer les yeux face à des nids de terroristes.

Le reportage que vous avez visionné est dangereux. Le terme Belgistan a d'ailleurs été emprunté à l'ancien FN belge et à son leader le Docteur Daniel Féret, venu se dorer la pilule sur les plages de la Côte d'Azur après avoir détourné des tonnes de fric.

Ensuite, le citoyen lambda ignorait tout de ce qui se passait dans le quartier des frères Abdeslam.

Le Molenbeek que je connais, moi qui suis passé pas mal de fois par là, c'est un ensemble de zones disparates parmi lesquelles des quartiers populaires où règne la simplicité entre deux briques grises. Alors oui, il y a des problèmes de petite délinquance mais peu d'habitants du pays auraient vu un lien entre des jeunes qui dealent de la drogue et le djihadisme. Parce que c'était pas à nous de faire le taf, pauvres prolos surtaxés, bons vivants, commerçants en galère ou chômeurs sans espoir.

Quant aux gens qui ont été élus à des postes à responsabilités et qui auraient manqué de sérieux, il faut savoir que dans ce Royaume anachronique, ce ne sont pas forcément les personnes qui ont récolté le plus de voix qui gouvernent. Les nominations aux plus hautes fonctions dépendent d'un jeu de listes, de différents niveaux de pouvoir et d'alliances pré-électorales. Cela ne se résume pas à un candidat qui en affronte un autre. Bref, dans le Royaume, les petits calculs électoraux sont peut-être encore plus importants qu'en République. Les citoyens de Belgique, eux, sont otages d'un système toujours plus incompréhensible, au point qu'ils ne sont que partiellement responsables de leur vote.

Toutes les catégories de travailleurs sont saignées à vif par différents impôts qui peuvent représenter jusqu'à la moitié de leurs revenus, un gros pourcentage des prélèvements étant dévolu à maintenir en place une structuration absurde qui occulte les vrais problèmes du pays. Ceux-ci sont de nature sociale, environnementale et économique. Mais c'est au travailleur de payer pour des institutions parfois inefficaces tandis que les spéculateurs de l'immobilier ne paient, par exemple, aucun impôt autre que la taxe foncière et touchent le chômage en sus pour certains d'entre eux. Si vous ajoutez à cela les mesures d'austérité qui réduisent la fonction de public à peau de chagrin, il n'est pas étonnant que les services de renseignements soient incapables de détecter une menace quand elle demande un travail de longue haleine sur le terrain.
Les citoyens de Belgique sont solidaires des victimes françaises, tombée sous les balles de la barbarie obscurantiste. Ils le sont même au point d'oublier de l'être pour les milliers de victimes des autres pays au monde. Il y a chez les francophones une francophilie évidente, désormais salie par certains journaleux de l'hexagone.

Diviser ainsi les peuples de deux pays voisins en ces temps troublés n'est pas très malin. Certains de vos médias donnent juste l'impression de livrer en pâture leur public aux petits chefaillons de la droite et de l'extrême-droite sur base de reportages sensationnalistes et d'analyses tronquées qui portent atteinte à la dignité de la République qu'ils osent prétendre servir.

En Belgique, en ce moment, c'est l'extrême-droite flamingante, fraîchement installée au pouvoir, qui se régale. Son soutien aux victimes françaises fut aussi froid que son ardeur à perquisitionner les foyers de tout belge n'affichant pas la bonne couleur de peau est à présent grande. Ces gens-là ne nous permettrons en rien de lutter contre le terrorisme. Ils ne feront qu'encourager la guerre de tous contre tous.

Amis français, nous sommes voisins. Éteignez votre télé, sonnez à notre porte et venez boire un pot avec nous !




3 commentaires:

  1. J'ai des amis Français qui viennent le faire ce midi ;-) Merci, Florian!

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cette belle mise au point !

    RépondreSupprimer