mercredi 5 août 2015

Naissance éventuelle du Mouvement M.E.R.D.E. à Mons





Tu es un citoyen montois honnête, un peu trop d’ailleurs.
Tu vis dans un quartier où, pendant des mois, des étudiants petits-bourgeois ont sorti leur poubelle n’importe quand, avec n’importe quoi dedans et surtout, devant ta porte.
Récemment, tu as reçu une sanction administrative, au nom de « La Charte du respect de l’Autre » parce que tu avais sorti tes poubelles au matin le jour de la collecte, même si Hygea l’autorise explicitement dans son règlement.
Là, tu as décidé de consacrer un jour de « congé » à vider tes deux beaux greniers remplis de mètres cubes de crasse. Tu sais que tu pourrais te contenter de mettre tout ça sur le trottoir devant chez toi et d’attendre que la ville ramasse gratuitement, comme le font les étudiants. Tu sais aussi que si un flic venait te menacer, t’aurais qu’à dire « c’est pas moi », que même si on te flanquait une amende de plus, ça tiendrait pas devant le conseil d’Etat vu qu’il n’y a pas ton nom dedans, contrairement à cette putain de caisse de carton propret sortie le matin du jour de la collecte.
Tu sais tout ça mais tu es honnête. Alors, tu as loué une remorque. Tu as payé. Cher. Tu as fait des démarches pour avoir une carte d’usager du parc à conteneurs. Chères. Beaucoup plus que dans toutes les autres communes où résident ta famille et tes amis. Après, pendant huit heures d’affilée, tu as trié bois, lattes de plastique, gravats et métaux. Tu as porté des sacs de cinquante kilos. Tu as rempli l’énorme remorque. La première fois, les agents du parc à conteneurs avaient déjà de grands yeux parce que ta remorque était pleine. La seconde fois, ils t’ont menacé, t’ont volé de ton précieux temps avec leurs discours incohérents d’imbéciles incompétents. C’est là que tu as compris que ton jour de congé serait sacrifié sans aboutir à l’objectif fixé. Que tout ne serait pas embarqué même si tu avais sué sang et eaux neuf heures durant.
Alors, tu as été en colère. Très en colère. Tu as pensé à quelque chose qui te faisait rire, dans un livre de l’excellent auteur Eric Dejaeger, La saga Maigros, qui parle d’un type abject et répugnant, d’une bêtise crasse, promu inspecteur principal à la police de Charleroi au nom des seules affinités de sa famille avec des élus locaux. Dans ce livre, il y avait une ligne qui t’avait énormément marqué. On y parlait de M.E.R.D.E., le Mouvement pour l’Egalité et le Renouveau d’une Démocratie Equitable. M.E.R.D.E, c’était une joyeuse bande d’activistes qui balançait du purin sur leurs cibles.
Tu te dis alors que dans cette putain de ville de Mons, ce serait génial que la blague se concrétise et voie le jour. Mieux ! Tu es convaincu qu’il faut que le dit « Mouvement M.E.R.D.E. », qui ne serait nullement un parti, présente une liste en 2018 aux prochaines élections communales pour permettre au moins à de nombreux citoyens de réaliser enfin l’un de leurs rêves : Voter M.E.R.D.E.
Tu vois déjà l’affiche, un simple pictogramme, représentant le traditionnel bonhomme qui jette un papier dans une poubelle. La différence ? Le papier en question serait un « Nœud papillon » ! Le slogan sous cette image serait simple : « Votez M.E.R.D.E., c’est respecter vos concitoyens. »
Tu as des scrupules. Tu sais que certains conseillers communaux de l’opposition essaient de changer les choses face à la loi d’airain de la majorité PS-MR, ce même couple infernal qui torture un grand nombre de communes de Wallonie.
Tu ne veux pas jouer le jeu de la division qui affaiblirait encore plus cette frêle résistance. Mais tu sais qu’elle n’a pas réussi à faire bouger les lignes dans la cité du Doudou. Alors, tu te dis que tu vas y réfléchir et tu demandes l’avis de ceux qui te suivent : Seriez-vous prêts à soutenir une liste M.E.R.DE. à Mons, une liste qui dénoncerait, avec humours et avec des valeurs progressistes, des problèmes sérieux que vivent tous les honnêtes citoyens montois ?
Le débat est lancé. Di Rupo, nous ne baisserons pas les armes.
Sur ce, après neuf nouvelles heures d’efforts vains, je me décapsule une de ces splendides « Guiness Spécial Export », bière au parfum de café  dont raffolent mes amis africains…



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire